Les robots cuisiniers gagnent du terrain !

Le robot ‘Pizzaiolo’ de la start-up française Pazzi, qui commencera à « travailler » lundi dans un nouveau restaurant du centre de Paris, est peut-être le pionnier de toute une armée de futurs robots cuisiniers, qui développent leurs compétences dans le monde entier. Zoom sur le phénomène !

Vers la robotisation de la restauration

Les restaurateurs qui investissaient dans une rôtissoire professionnelle AllForFood pour permettre à leurs employés de cuisiner plus rapidement, vont peut-être bientôt devoir le faire pour permettre à leurs robots de préparer des plats pour leurs clients en quelques minutes. Et oui, l’ère du robot chef-cuisinier est arrivée !

Dans la capitale, ce sera le deuxième restaurant Pazzi après celui situé dans le centre commercial Val d’Europe. Son robot est capable de réaliser une pizza en cinq minutes, presque entièrement, et il le fait derrière une vitrine, pour que les clients, stupéfaits, puissent contempler son expertise après avoir passé sa commande sur une machine. Ses bras articulés étendent la pâte, étalent la sauce tomate, mettent les ingrédients (c’est la seule étape qui reste hors de la vue des clients), mettent la pizza au four, la sortent et la mettent dans sa boîte.

Le robot est capable de faire 80 pizzas en une heure, vendues entre 7 et 13,60 euros. Le restaurant dispose de travailleurs qui se chargent de la relation avec le client et de servir les quelques tables du local, mais à aucun moment ils interviennent dans la fabrication des pizzas. Pazzi aspire à devenir une véritable chaîne de restauration rapide, explique Philippe Goldman, directeur général de l’entreprise, qui compte 35 employés.

Cela peut vous intéresser :   Réglementation du temps de pause par usage ou voie d’affichage

Un phénomène international

Pazzi n’est pas la première entreprise à essayer d’automatiser le travail de Pizzaiolo. Aux États-Unis, plusieurs start-ups tentent également de développer cette activité, malgré l’échec retentissant de Zume, qui a été reconverti au début de 2020 dans le secteur de l’emballage recyclable après avoir dépensé 375 millions de dollars dans sa tentative de mettre en place un réseau de robots fabricants de pizzas dans le pays.

Pique-nique, une entreprise de Seattle, vient de gagner 16,3 millions de dollars pour continuer à développer sa machine à pizza pour les restaurants. Cependant, contrairement à Pazzi, celle-ci a besoin d’un opérateur pour fonctionner.

Bien plus que des pizzas

Mais les robots n’explorent pas seulement le secteur de la pizza. Ainsi, le robot Creator a passé deux ans à préparer des hamburgers à San Francisco jusqu’à ce que le restaurant dans lequel il se trouvait ferme ses portes en juin 2020, à cause du confinement.

En Suède, la start-up BonBot vient de lever 2 millions de dollars pour lancer son premier robot glacier avant la fin de l’année. Et en France, la start-up Cook-e a présenté et testé à la dernière foire Vivatech un robot qui fait des plats au wok. La machine verse les ingrédients commandés à travers une machine dans un wok qui tourne. Une fois cuit, le robot verse les ingrédients dans une assiette et lave le wok, prêt à être réutilisé.

Le prototype sera utilisé à la fin de l’année dans une « cuisine fantôme », un type d’établissement dans lequel les plats sont préparés uniquement pour la livraison à domicile, une niche d’affaires dans laquelle Cook-e vient de beaucoup investir. Alors, êtes-vous prêt/e à déguster de la nourriture préparée par un robot ?

Cela peut vous intéresser :   Devenez un « pro » avec un simulateur de golf