Quelques cas célèbres de recours au test ADN

Quelques cas célèbres de recours au test ADN

Aujourd’hui, le test adn se banalise et est connu d’un large public. Pourtant quand la génétique a évolué, nul ne pouvait savoir qu’elle pourrait ouvrir de nombreux horizons comme c’est le cas actuellement. Et il est certain que dans le futur, les progrès de la technologie et des sciences pourront encore permettre d’autres utilisations. Pour le moment, ce sont les enquêtes criminelles menées par les polices scientifiques qui bénéficient des avancées en termes de test adn. Qui n’a pas encore vu la célèbre série télévisée « Les experts à Miami » où des spécialistes en blouse blanche, masques et gants prélèvent des échantillons sur le théâtre d’un crime ? Ils entrent ensuite ces données dans l’ordinateur afin de confronter avec la banque de données officielles contenant les criminels notoires. Et dans le cas où la conclusion de la comparaison est négative, ils cherchent à avoir des échantillons des personnes suspectes. Le but est de savoir si elles correspondent avec celles trouvées sur la scène de crime.

Comprendre ce que l’ADN

Concrètement, un test adn est un test pour comparer les ADN de deux individus ou les ADN d’une personne avec un échantillon prélevé sur les lieux d’un crime ou d’un site archéologique. Pour comprendre ce test, il convient d’abord de définir ce qu’est un ADN. En réalité, il s’agit de l’acronyme de l’acide désoxyribonucléique qui est une grosse molécule qui présente sous forme d’hélice et qui renferme toutes les informations indispensables au fonctionnement du corps humain. Il faut souligner que l’adn est le constituant principal des chromosomes et par conséquent responsable de l’hérédité. C’est en fait l’ordre de succession des 4 bases azotées, à savoir la Guanine (G), la Cytosine (C), la Thymine (T) et l’Adénine (A) qui caractérise le patrimoine génétique d’une personne. Cela signifie que ce séquençage est particulier pour chaque individu et ne se retrouve pas chez les autres.

Découverte du test ADN

D’où l’idée géniale du médecin anglais Alec John Jeffreys de mettre un point un procédé afin d’étudier une partie de ces gènes. C’est ainsi que le test adn est né dans les années 1980. Ce principe de comparer les structures de l’ADN d’un individu avec un autre demeure encore aujourd’hui, même si les techniques utilisées se sont mécanisées. D’où un recours plus fréquent au test de paternité pour déterminer qui est réellement le père biologique d’un enfant. Il convient toutefois de souligner que le recours à un tel test est très réglementé en France. Ainsi, seul le juge du tribunal de première instance peut autoriser de faire test, et ce, dans les laboratoires agréés uniquement. Par ailleurs, il est obligatoire d’obtenir le consentement du père présumé pour pouvoir effectuer le test de paternité, et ce, dans le cadre d’une procédure judiciaire. Si ces conditions ne sont pas réunies, le test n’est pas légal.

Les cas célèbres de recours au test ADN

Il faut noter qu’il est possible de réaliser un test ADN prénatal afin de déterminer si l’enfant à naitre est vraiment celui du père présumé ou non. Mais la plupart du temps, le test de paternité est effectué à partir de la naissance de l’enfant. Quelques célébrités y ont eu recours pour régler des litiges concernant la paternité. C’est le cas du célèbre chanteur James Brown dont une ancienne choriste prétend qu’il est le père de son enfant. Le test adn a permis de déterminer que c’est bien le cas et le fils illégitime a eu droit au quart des biens du parrain du soul music. De même, le chanteur français Michel Polnareff a pu savoir grâce au test ADN que Louka, le fils qu’il a eu avec sa compagne Danyellah n’est en réalité pas le sien. En effet, elle a eu recours à un donneur de sperme pour procréer.